Les sourires de Yue Minjun

Yue Minjun

Sa toile « Exécution » fut l’oeuvre la plus onéreuse de l’histoire chinoise.Yue Minjun, peintre né en 1962, s’est illustré par un art représentatif de l’angoisse et l’anxiété contemporaine. Marqué par la répression du mouvement estudiantin de la Place Tiananmen (1989), il centre ses tracés sur des personnages figés, pris de rires cyniques ou pétrifiés dans un rictus nerveux. Inspiré par la peinture européenne, à l’instar d’un Zheng Hong Xiang, Yue Minjun laisse parler un certain sens de l’absurde pour exprimer, caricaturalement la violence, le traumatisme. Inutile donc, au vu de cette esthétique pop, de systématiser la dénonciation par le drame, l’émoi ou la consternation… L’humour peut s’avérer une arme redoutable.

Yue Minjun

 

Yue Minjun

 

Yue Minjun

 

Yue Minjun

 

Yue Minjun

 

Yue Minjun

 

Yue Minjun

 

Yue Minjun

 

Yue Minjun

 

Yue Minjun

 

Yue Minjun

 

Yue Minjun

 

Yue Minjun

 

Yue Minjun

 

Yue Minjun

 

Yue Minjun

 

Yue Minjun

 

Yue Minjun

 

Yue Minjun

Plus d’articles sur Yue Minjun

Commentaires

3 Comments

  1. […] Yin Jun enchante avec les siens! Peintre chinois né en 1974, contrepied parfait de son homologue Yue Minjun, il ne représente en effet que des nourrissons. Des marmots sanglotants, qui, guidés par deux […]

  2. […] Yue Minjun, dont nous vous avions présenté certaines toiles en avril, expose, en ce moment et jusqu’au 16 juillet, ses derniers travaux à la Pace Gallery de Pékin, une collection intitulée « The Road ».  Reprenant les codes représentatifs du christianisme qu’il applique à son esthétique usuelle, le peintre tend à thématiser le tiraillement de la société chinoise face à l’expansion du modèle culturel occidental. Le sourire souligne dès lors le rejet, la confusion, ou, au contraire, l’intégration et l’acceptation qu’entraîne la rencontre d’une échelle de valeurs et critères distincte et parfois opposée. […]

  3. […] Yue Minjun, whose some canvasses had been presented in april, exhibits at this moment and until the 16 of july, his last artworks at the Pace Gallery of Beijing, a collection entitled “The Road”. Taking up the representative codes of christianity he applies to his usual aesthetic, the painter aims to characterize the friction of the chinese society facing the strength of the western cultural model. The laughing  depicts then the rejection, the confusion, or, at the opposite, the acceptation that induces the meeting of distinct, sometimes opposed, values and criteria. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *